Je m’appelle Günther Humpel Waßmuth / Französisch

Französisch – Ehrenamtlich aktiv in Pflege und Hospiz – Günter Humpe-Waßmuth
Je m’appelle Günther Humpel Waßmuth,
Beaucoup me connaissent encore en tant que conseillère municipale pour l’école, la jeunesse, la culture et les affaires sociales.
Depuis juin 2016, j’ai pris ma retraite et depuis mars 2016, je suis soignant à l’hôpital Friedrich Ebert de Neumünster et depuis cette date, je suis président de l’Hospice Initiative.
La motivation venait de mon domaine de travail que j’ai toujours travaillé avec engagement et l’idée de passer de 100 à 0 n’était pas acceptable pour moi,
il était important pour moi de rester actif et de m’engager.
Et ce sont deux domaines, l’initiative hospice et les situations à l’hôpital qui me semblent importantes, que l’engagement civique développe et c’est pourquoi je me suis impliqué dans ces deux parties du travail.
Le patient Obhutsmann s’occupe des plaintes à l’hôpital, Je ne suis pas l’avocat d’un patient, mais la tâche de Obhutsmann est d’écouter les plaintes des patients, mais aussi d’écouter les autres parties et les médecins pour interroger le personnel médical et ensuite servir d’intermédiaires.
Si les choses ne peuvent pas être clarifiées, si les patients décident de le faire légalement, alors mon travail est terminé, je ne peux que faire de la médiation et aider à clarifier les choses.
L’initiative Hospice s’occupe des personnes en fin de vie.
A Neumünster, environ 1000 personnes meurent chaque année. Environ 500 d’entre eux sont des hôpitaux, 250 dans des maisons de retraite et des maisons de repos et une certaine partie à domicile.
La plupart des gens veulent mourir chez eux de facto, ce qui n’est pas le cas.
Nous voulons nous assurer que, lorsqu’il s’agit d’une situation de mort, c’est une mort digne.
Les parents peuvent aussi dire à la fin „le père, la mère nous a quittés mais il/elle est mort(e) dans la dignité“.
Ici, à l’hôpital, nous disposons d’un magnifique service de soins palliatifs de 8 lits.
Et dans cette unité de soins palliatifs, l’initiative d’hospice est toujours représentée, mais ils n’apportent pas la nourriture aux patients de sorte que nous leur avons apporté la nourriture, mais qu’ils entrent aussi dans la conversation.
Nous voyons qu’il y a là des craintes et nous pouvons alors y répondre.
Il y a beaucoup de souhaits différents quand quelqu’un dit „J’aimerais voir mon chien une fois pour toutes, ou j’aimerais aller à Kieler förde“.
Nous essayons simplement de répondre aux souhaits des personnes qui sont en phase terminale.
Cela me fait particulièrement plaisir que l’on ait besoin de moi et que je puisse aussi appliquer mes connaissances. C’est aussi une bonne situation pour soi-même. Je crois que beaucoup de choses dans une société ne peuvent être organisées que par l’engagement civique.

Add your comment

Your email address will not be published.